* SOMMAIRE (titres) : artistes / associations / au secours! / cartes postales / carrières / CERAV / clin d'oeil / concours / confréries / destruction-restauration-protection / éducation /expositions / films / formateurs / FORUM / livres / maçons / Mythes et Légendes / nouveautés / on en parle / organismes / photothèque / Pierres d'Iris / sites internet / stages / statuts / suivre une restauration / technique / visites circuits / vos questions / vous voulez figurer sur ce site .
 

*** VOIR LE DESCRIPTIF DU SOMMAIRE *** RETOUR ACCUEIL SITE *** RETOUR ACCUEIL PORTAIL ***

 xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

  La Maison de la Pierre Sèche et les Cabanes de DAGLAN (24)

*********

© Maison de la Pierre Sèche 1999

Le site de la Maison de la Pierre Sèche à Daglan (24) : http://www.maisonpierreseche.com courriel : maisonpierreseche@wanadoo.fr Tél : 05-53-29-88-84

 

Réservation : Tél. 05.53.29.88.84 Fax. 05.53.29.88.84

 

La Maison de la Pierre Sèche :

La maison de la Pierre Sèche a été créée en 1993 et a pour but de sauvegarder, entretenir et faire connaître au grand public les différentes constructions en pierre sèche. 

Visite sur site :

Le Musée est ouvert du 07/07 au 23/08 de 9h30 à 12h30 et de 15h à 19h et le reste de l'année, le lundi et vendredi de 14h à 17h et le mardi et le jeudi de 9h à 12h et de 14h à 17h

Pour les visites guidées sur site, en juillet/août, elles sont organisées tous les jeudis matin départ à 9h et hors saison sur RDV min. 5 pers. Classes vertes et groupes sur RDV.

  Nouveautés : Nous proposons actuellement pour les groupes scolaires des ateliers de taille de pierres et de constructions de cabanes et murets en pierre sèche. Tarif : 5 /enfant avec un minimum de 15 enfants.

 

 Les cabanes :

A l'inverse des grangettes, les cabanes ne possèdent pas de charpente et couverture. Elles se caractérisent par la présence d'une voûte à encorbellement ou clavée. L'encorbellement étant le principe le plus répandu sur Daglan. Chaque rangée de pierres est posée en saillie de la rangée sous-jacente. Pour les voûtes circulaires, les rangées forment des anneaux qui, de plus en plus petits, finissent par fermer la voûte. Il existe également les carènes qui sont des constructions à deux pans symétriquement opposés sans se contre-buter et surmontés d'une rangée de dalles calcaires. Si l'intérieur des voûtes est souvent régulier, l'extérieur laisse apparaître les queues des pierres de façon très irrégulière, l'hypothèse d'un éventuel pillage des lauzes est peu probable. La voûte et les lauzes sont édifiées ensemble par calage et insertion de pierres passantes. Le pillage des lauzes aurait, dans ce cas, déséquilibré l'ensemble des structures.

Que ce soit pour les murs ou les voûtes l'essentiel est :

-de toujours croiser correctement les pierres verticalement et horizontalement en insérant des passantes.

-d'effectuer des calages suffisants.

-de réduire au minimum les espaces vides pour limiter le tassement.

La commune de Daglan bénéficie d'une densité élevée de ces témoins architecturaux, (cabanes, guérites, tas d'épierrement, murailles et murets) liés à l'ancien parcellaire et limitant les sentiers et cultures d'autrefois. Ces vestiges sont issus directement des couches géologiques, calcaires jurassiques.

CABANES OU BORIES :

Les cabanes sont désignées à tort, sous la dénomination de « bories ». D'origine provençale, ce mot fut introduit en Périgord autour des années 1970. Le terme cabane issu d'une mémoire authentique ne devait pas satisfaire à la conquête touristique de ces années. Le mot bori ou bori"e" (origine : boeuf) signifie, en Périgord, la petite propriété généralement une ancienne ferme à louer ce qui est sans rapport avec les cabanes en pierre sèche.

DATATION, ORIGINE :

Il n' existe aucun moyen réel de datation. La quasi inexistence de ces témoins sur l'ancien cadastre ainsi que sur les actes notariés, contrarie l'ensemble des recherches historiques. Nous savons que les matériaux proviennent des couches géologiques gélifractées, donnant des pierres de qualité médiocre qui se détériorent et se réduisent sur un période d'environ 200 ans. D'autre part la vie economique et sociale des 18e et 19e était particulièrement importante quant à l'activité viticole notamment au 19e avant l'arrivée du phylloxéra vers 1880. La population élevée et active de cette époque en témoigne : 1836 (1508 hab.), 1881(1536), 1891(1547).

Le travail des terres justifie la présence de ces constructions en tant qu'abris temporaires liés à l'agriculture et surtout à la viticulture.

GENRES, FONCTIONS :

Deux genres sont à distinguer :

a) Les guérites sont de simples abris souvent inclus dans l'épaisseur des murailles. De forme et de dimension très variables, mais modestes, ces abris protègent le petit matériel et permettent de s'abriter ou de se reposer.

b) Les cabanes sont essentiellement liées à la viticulture. Ces abris accueillent les travailleurs. On partage les repas, prend du repos. La cabane est le lien entre l'homme et sa terre . Parfois aménagées, elles possèdent un cheminée, une banquette ou mieux une citerne. Les différents aménagements sont très rares à observer sur une seule construction. L'exemple de la cabane du « Mazut » est à ce titre intéressant puisqu'elle est équipée d'une banquette, d'une cheminée, et d'une citerne.

Il existe également de nombreuses cabanes qui ont servi de poulailler, ainsi que d'autres qui furent utilisées comme abris de chasseurs. Les tas d'épierrement cachent d'anciens clapiers ainsi que quelques cabanes qui furent aménagées pour cet usage.

PLUS : © pierres d'Iris 1999

 Jean LACHASTRE : "Les constructions en pierre sèche du secteur de Daglan : ensemble de Saint-Pompon (Dordogne)" dans l'Architecture Rurale Tome III (1979)

Jean-Marc CARON :"La maison de la pierre sèche à Daglan : historique et premier bilan" dans l'Architecture Vernaculaire Tome XVIII (1994)

Jean-Marc CARON : Recensement des constructions en pierre sèche sur la commune de Daglan dans Tome 1 et 2, coll. Recueil d'architecture rurale, CAUE du Périgord, S.D. (1994), non paginé.

Jean-Marc Caron et Pascal Fournigault : La cabane de la Combe du Rat à Daglan (Dordogne). Étude architecturale dans l'Architecture Vernaculaire Tome XV (1991)

 A visiter absolument les pages perso de Jean-Marc CARON : http://perso.libertysurf.fr/CaronJeanMarc

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

* SOMMAIRE (titres) : artistes / associations / au secours! / cartes postales / carrières / CERAV / clin d'oeil / concours / confréries / destruction-restauration-protection / éducation /expositions / films / formateurs / FORUM / livres / maçons / Mythes et Légendes / nouveautés / on en parle / organismes / photothèque / Pierres d'Iris / sites internet / stages / statuts / suivre une restauration / technique / visites circuits / vos questions / vous voulez figurer sur ce site .
 

*** VOIR LE DESCRIPTIF DU SOMMAIRE *** RETOUR ACCUEIL SITE *** RETOUR ACCUEIL PORTAIL ***

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 

*********************************************************************************************

Vous êtes sur le site "PATRIMOINE PIERRE SECHE. CONSTRUIRE ET RESTAURER EN PIERRE SECHE". Si vous êtes entré(e) par une page collatérale, cliquez sur www.pierreseche.net pour découvrir sa page d'accueil et son sommaire.

***********************************************************************************************